Blogs

Tous Intelligents, la presse en parle!
cal aoû 10, 2014

L'EXPRESS août 2014 Titre provisoire : Tous Intelligents

L'Express a interviewé des spécialistes pour faire un dossier sur l'intelligence à l'école.

Voici les réponses complètes que j'ai faites à la journaliste. Il n'en restera que quelques extraits sous forme de citations, et une page sur les intelligences multiples, peut-être...

Marion Guérin est éminemment sympathique!

- Pourquoi privilégie-t-on l'intelligence logico-mathématique et linguistique à l'école ? D'où cela vient-il ?

C'est un héritage de la manière dont les Etats se créent. L'école est le véhicule de socialisation des individus qui permet à la société de proposer un modèle unique afin de garantir l'adhésion à un projet culturel commun dans un but de paix. La langue est le vecteur prioritaire de cette culture. Par extension, les mathématiques, les sciences et la logique offrent aussi une promesse d'adhésion à un ensemble de faits établis (scientifiquement), indéniables. En se mettant d'accord sur ces 2 manières de comprendre le monde, une société qui envoie ses enfants à l'école tente de créer un esprit national central qui garantirait l'union. Sauf que ça ne marche pas en sciences notamment.

En neurosciences pour l'Education non plus : vous avez beau prouver par 9 et par plusieurs équipes de neuroscientifiques unanimes que le rythme scolaire qui est bon pour l'apprentissage, c'est la régularité et un travail 5 matins de suite, vous trouvez des tas d'hommes politiques pour renier les faits et entraver leur application à des fins électoralistes au mépris du bien des cerveaux qui apprennent.

- Comment en êtes-vous venue à vous intéresser aux Intelligences Multiples ?
En observant mes élèves, ceux qui avaient des difficultés pour apprendre, comprendre et mémoriser. Je suis rentrée dans leur tête pour identifier là où ça coinçait. Puis j'ai cherché des outils pour être plus efficace dans mes explications. Enfin, j'ai effectué des recherches guidée par un professeur chercheur de l'IUFM qui m'a fait lire Howard Gardner. J'ai trouvé beaucoup de validation de mes hypothèses personnelles, et des réponses à mes questions. Je me suis mise à observer les intelligences des élèves en difficulté. Il y avait toujours dans chaque difficulté, utilisation déplacée d'un des vecteurs de compréhension, que Gardner appelle intelligence, et qu'en neurosciences, on peut appeler système de circuits cérébraux.

Comprendre, c'est valider et invalider des hypothèses. Quand elles s'avèrent erronées au regard de ce que dit le professeur, l'élève doit modifier le schéma mental qu'il avait établi pour percevoir le monde. Il se demande pourquoi il pleut..."C'est Jésus qui fait pipi - Ce sont les nuages qui sont fâchés - Les goutelettes d'eau sont trop lourdes pour les nuages, elles tombent - C'est un phénomène d'évapotranspiration de l'eau qui avec l'altitude, retransforme le gaz (nuage) en eau, sa masse est plus élevé sous forme liquide que gazeuse, et l'attraction terrestre fait le reste."

Mettre en place de nouvelles connaissances oblige le cerveau à créer de nouveaux circuits à partir de ceux qui existent, et cela prend du temps et de l'énergie quand il faut apprendre à partir de presque rien. Nous sommes tous différents biologiquement et environnementalement face à la rapidité des connexions et à l'efficacité du réseau cérébral que nous créons. Ce qui fait la différence entre un élève qui comprend vite et un élève qui met plus de temps ou qui ne comprend pas, c'est la qualité des représentations du monde qu'il avait en arrivant en classe, c'est la richesse apportée par l'environnement dont il vient et la rapidité de traitement des informations dans son cerveau qui font la différence.

- Comment avez-vous appliqué la théorie des Intelligences Multiples dans vos classes ? Quels résultats ?
Les neurosciences pour l'éducation et les intelligences multiples ont modifié 2 choses : ma technique de travail, et mon approche humaine :
1 - Je construis mon cours en stimulant plusieurs circuits cérébraux à la fois afin de m'adresser à tous les cerveaux, et au maximum d'intelligences dans le cerveau.
Quand on regarde une courte vidéo, on stimule la vision, on fait appel à la musicalité, et si on répète de nouveaux mots dans une langue étrangère ou que l'on complète des phrases, on parle et on entraîne la sphère verbale, ça fait en une activité, 3 intelligences stimulées (visuelle, musicale et linguistique). Ensuite, pour faciliter la mémorisation, on va poser des gestes (mime, jeu, etc...intelligence kinesthésique, engagement par le corps) sur les nouveaux mots, le sketch ou l'expression. On va s'adresser à un camarade et échanger avec lui ou travailler en équipe pour s'entraîner. (intelligence de l'autre dite inter-personnelle, et collective) J'explique toujours à quoi sert ce que l'on apprend et comment cela sera utile dans la vie, et si on s'engage dans un projet de groupe, j'explique les modalités, les critères et la méthode pour réussir. (intelligence existentielle et logique). A des étapes prévues, j'évalue que les élèves ont les outils nécessaires à ce qu'ils doivent faire, et quand ce n'est pas réussi, j'encourage et je fixe des objectifs individuels, en conseillant à partir de leur manière de travailler, des points de progression (intelligence de soi, dite intra-personnelle). Dès que c'est dans le programme, j'exploite les sujets liés à l'environnement, aux animaux, et aux responsabilités vis à vis des autres communautés, pour ne pas laisser de côté l'intelligence naturaliste qui est relative à la Nature, à la biologie et aux animaux. Elle est aussi très utile pour aider les élèves à s'organiser et à être efficace dans leur travail.

2 - La deuxième chose que je fais, c'est de donner conscience à chacun de ses forces et j'encourage, je félicite et je motive. J'ai comme les élèves soif de justice et de justesse pour eux. Je me remets en question comme tous les enseignants à chaque heure de cours. Et mon petit plus peut-être, je les fais beaucoup rire. Le cerveau a besoin de détente pour apprendre et pour pouvoir se reconcentrer. Tout est dans les proportions!
Les résultats? Les élèves boudent quand je suis absente, ils essaient de travailler pour me faire plaisir, et ils se découragent moins. Ils n'aiment pas forcément tous l'anglais, mais ils aiment venir en classe.

- Nous sommes tous intelligents.. l'école telle qu'elle est actuellement discrimine donc les élèves qui sont autrement intelligents ?

L'école française sélectionne, ce qui va a l'encontre de sa mission qui devrait permettre à chacun de trouver sa place dans la société :

-  je parle des coefficients affectés à chaque discipline dans la moyenne dès le collège, et

- des grandes Ecoles et aussi

-  du redoublement, 

- du manque de soutien aux élèves en difficulté dans l'école (injustice sociale),

- de la stigmatisation dans la relation prof-élève et de la violence verbale qui en découle pour l'élève jusqu'au décrochage,

- de l'absence de valorisation par les autres disciplines,

- de la non-culture de l'encouragement et puis

-  il y a le programme unique qui anéantit toute créativité et toute curiosité parce que de manière arbitraire, on définit un âge pour apprendre telle ou telle chose alors qu'on sait grâce aux découvertes sur la plasticité cérébrale, qu'il n'y a pas d'âge limite pour apprendre.

Or, un individu curieux apprend efficacement car il est émerveillé de ses découvertes. Alors le cerveau crée de nouveaux neurones. L'ennui et le stress, au contraire, sont responsables de la mort de neurones.

- Encore un mot sur la carte scolaire, et le manque de mixité sociale (combattu au Canada) : ils nous empêchent de voir émerger de partout certaines intelligences étouffées à qui on ne donne pas une chance équivalente à ceux qui sont nés dans des quartiers plus favorisés. Notre système est profondément inégalitaire et injuste, en plus d'être neuroscientifiquement hérétique.


Définition et Méthodes de travail
cal mar 12, 2014

Article définissant chaque intelligence et les méthodes de travail qui y correspondent.

Traduit, adapté et enrichi à partir d'un article de Sarah Ganly, Gardner's Theory on Multiple Intelligences and Study Techniques to Maximize Each Intelligence.


Le cerveau est fait pour apprendre
cal mar 12, 2014

Alors ne me dites JAMAIS qu'un enfant « ne peut pas », qu'il « a toujours été nul » ou que « c'est dans la famille". Personne ne nait feignant. Notre développement rencontre des difficultés, oui. Parfois c'est trop dur, on n'y arrive pas. D'accord.


Pages

S'abonner à RSS - blogs